abril 24, 2024

La Géorgie à la Coupe du monde de rugby 2023 : tout savoir sur l’équipe

  • Calendrier, dans la poule C

9 septembre : Australie-Géorgie au Stade de France, à Saint-Denis (18 heures, sur M6)

23 septembre : Géorgie-Portugal au Stadium, à Toulouse (14 heures, sur M6)

30 septembre : Fidji-Géorgie au Matmut Atlantique, à Bordeaux (17 h 45, sur M6)

7 octobre : Pays de Galles-Géorgie au stade de la Beaujoire, à Nantes (15 heures, sur France 2)

Retrouvez ici tous les résultats de l’équipe de Géorgie

Les Lelos. Ce nom vient du lélo bourti, un sport traditionnel qui se pratique à la Pâques orthodoxe dans la communauté villageoise de Choukhouti. Il oppose toute la population du village, séparée en deux équipes qui doivent faire passer par tout moyen une balle en forme de citrouille, remplie de sable et imbibée de vin, de l’autre côté de la rivière. Les gagnants ont le droit de déposer la balle sur la tombe d’un des leurs.

  • Leur meilleure performance

Qualifiée à toutes les éditions depuis 2003, la Géorgie n’est jamais parvenue en quarts de finale de la Coupe du monde. Y arriver cette année serait un exploit monumental : son objectif sera plus raisonnablement d’égaler son record de 2015 où elle avait remporté deux matchs de poule, se classant troisième. Ce qui lui offrirait une qualification directe pour le Mondial 2027.

Si les deux places qualificatives semblent promises au Pays de Galles et à l’Australie, la Géorgie aura de sérieux atouts : elle devrait battre le Portugal et peut surprendre sur les autres matchs. Cela fait plus d’une décennie qu’elle domine outrageusement le Tournoi des six nations B. Elle a aussi récemment battu l’Italie et le Pays de Galles (qui sera dans sa poule) et fait match nul contre les Fidji (dans sa poule aussi).

Les avants : Nika Abuladze, Lado Chachanidze, Nodar Cheishvili, Mikheil Gachechiladze, Beka Gigashvili, Guram Gogichashvili, Beka Gorgadze, Luka Ivanishvili, Lasha Jaiani, Tornike Jalagonia, Luka Japaridze, Shalva Mamukashvili, Konstantin Mikautadze, Mikheil Nariashvili, Luka Nioradze, Guram Papidze, Beka Saghinadze, Giorgi Tsutskiridze, Tengiz Zamtaradze.

Les arrières : Tedo Abzhandadze, Gela Aprasidze, Tornike Kakhoidze, Lasha Khmaladze, Giorgi Kveseladze, Vasil Lobzhanidze, Luka Matkava, Mirian Modebadze, Davit Niniashvili, Tengiz Peranidze, Merab Sharikadze (capitaine), Akaki Tabutsadze, Demur Tapladze, Alexander Todua.

Les Lelos ont longtemps tout misé sur leurs premières lignes, les piliers et talonneurs de talent poussant en Géorgie comme le champignon dans le sous-bois humide. Mais un joueur incarne parfaitement le jeu géorgien, qui n’a jamais été aussi complet : Davit Niniashvili. Le jeune et virevoltant trois-quart de Lyon, qui peut évoluer ailier et arrière, est devenu une des pièces maîtresses de la ligne d’attaque des Rhôdaniens.

  • Où les voir s’entraîner

Les Géorgiens seront installés à partir du 30 août dans un hôtel sur l’île de Ré, à Sainte-Marie-de-Ré (Charente-Maritime). Ils ont prévu de s’entraîner notamment sur les installations du Stade rochelais, toutes proches. Les Géorgiens devraient aussi réaliser un entraînement avec les élèves du club de l’île.

  • Il joue « à domicile »

Impossible à dire, et pour cause : sur les 33 joueurs sélectionnés pour cette Coupe du monde, 15 jouent dans l’Hexagone ! Le rugby français a une longue tradition d’accueil des Géorgiens, à tous les échelons des championnats. Parmi ce contingent, en plus de Niniashvili, les Lelos pourront notamment compter sur Vasil Lobzhanidze (demi de mêlée, Brive), Beka Saghinadze (troisième-ligne, Lyon), Beka Gigashvili (pilier, Toulon), Beka Gorgadze (troisième-ligne, Pau) ou Konstantin Mikautadze (deuxième-ligne, Bayonne).

  • L’expression rugbystique qui leur va bien

« Déménageur de piano » : se dit des joueurs, généralement des avants, qui ne sont pas venus là pour compter les lentilles et se distinguent par leur gabarit. Ce qui correspond tout à fait aux gaillardes premières lignes géorgiennes.