marzo 1, 2024

le PSG enchaîne et plonge l’Olympique lyonnais dans la crise

L’Olympique lyonnais (OL) est dernier du classement de la Ligue 1 après quatre journées. Le constat est terrible pour le club septuple champion de France, à l’heure où survient la trêve des matchs internationaux. Dimanche 3 septembre, l’OL de Laurent Blanc a reçu une correction (4-1) du Paris Saint-Germain (PSG) au stade de Décines-Charpieu (Rhône). Le tout dans un contexte extra-sportif brûlant à Lyon.

Les règlements de comptes entre l’ancien président et propriétaire, devenu actionnaire minoritaire, Jean-Michel Aulas, et le nouveau patron des lieux, l’Américain John Textor, à coups de communiqués, de comptes bloqués ou de saisine de tribunaux, n’a pas amené la sérénité nécessaire à la préparation d’un match.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A l’Olympique lyonnais, le divorce entre Jean-Michel Aulas et John Textor tourne au règlement de comptes

Avec un onze de départ similaire à celui qui a battu Lens (3-1), le PSG de Luis Enrique a imprimé dès l’entame du match une cadence infernale, dictée par les principes de jeu du nouvel entraîneur espagnol.

Dès la 4e minute de jeu, Kylian Mbappé a ouvert la marque sur penalty, après une faute de Corentin Tolisso sur Manuel Ugarte. S’en est suivi un assaut parisien inépuisable dans la partie de terrain rhodanienne, permettant à Achraf Hakimi (20e) et Marco Asensio (38e) d’aggraver le score à leur tour. Kylian Mbappé, en mouvement permanent sur le front de l’attaque francilienne, s’est offert peu avant la pause un doublé (45e + 2). 4-0 subi à la mi-temps : un écart inédit en match officiel pour Lyon depuis le 20 août 1966 contre Nantes.

« Le pire est arrivé »

Fautif sur l’action qui a conduit au penalty au début du match, le milieu lyonnais Corentin Tolisso est parvenu à transformer le sien (74e), obtenu à la suite d’un accrochage de Warren Zaïre-Emery sur Nicolas Tagliafico. Le seul véritable point noir de la soirée du PSG, venu conclure un match en retrait du milieu francilien de 17 ans.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Randal Kolo Muani transféré au PSG : une ascension fulgurante après un décollage tardif

Au cours d’une seconde période placée sous le signe de la gestion de l’effort pour Luis Enrique et ses troupes, le tacticien espagnol en a profité pour remplacer son jeune « Titi » par la recrue italienne Cher Ndour, mais surtout pour lancer Bradley Barcola. Fraîchement transféré au PSG, l’ailier lyonnais a disputé ses premières minutes sous ses nouvelles couleurs face à son ancien club, qui lui a réservé un accueil plus qu’hostile.

Corrigés par les Parisiens, les Lyonnais ont eu le mérite de relever la tête après la pause. Ils se sont procuré plusieurs occasions, mais Gianluigi Donnarumma a repoussé les différentes tentatives de Rayan Cherki (31e), Corentin Tolisso (34e), Ernest Nuamah (47e) et Jeffinho (88e). Après cette claque 4-1 reçue à domicile, l’Olympique lyonnais pointe tout simplement à la dernière place du classement de la Ligue 1 (un point en quatre matchs).

La déroute face au PSG va-t-elle sonner la fin de l’expérience lyonnaise de Laurent Blanc, arrivé au club début octobre 2022 pour remplacer le Néerlandais Peter Bosz ? « La question de mon remplacement ne s’est pas posée, a répondu l’entraîneur des « Gones » au micro de Prime Video. Tout nous a fait défaut ce soir : l’engagement, la détermination. Le pire est arrivé… »

Lire aussi : Ligue 1 : première victoire pour Le Havre et Nice