abril 16, 2024

Le XV de France a battu les All Black grâce à ses « finisseurs »

Nous sommes à la 78ᵉ minute du match d’ouverture de la Coupe du monde de rugby entre la France et la Nouvelle-Zélande, vendredi 8 septembre. Le centre remplaçant du XV de France Arthur Vincent, entré sur le terrain vingt minutes plus tôt, parvient à récupérer le ballon des bras d’un joueur néo-zélandais dans un regroupement. Sur le ruck suivant, Maxime Lucu, la doublure officielle d’Antoine Dupont, envoie une chandelle dans le ciel du Stade de France.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés France-Nouvelle-Zélande : l’entrée réussie du XV de France en ouverture de la Coupe du monde

A cet instant, le XV de France a fait le plus dur. A deux minutes du terme de son choc inaugural face aux All Blacks, les Bleus mènent de neuf points, hors de portée d’un potentiel ultime essai transformé de leurs adversaires. Les Français sont installés dans le camp néo-zélandais de leurs adversaires et leur défense contrecarre désormais les plans offensifs des hommes en noir. Etait-ce parce que le match avait mal débuté pour les Tricolores ? Ou parce que la marque a été serrée tout au long de la partie ? Il reste que le Stade de France avait besoin d’une ultime pichenette pour basculer définitivement dans l’allégresse.

Elle a pris la forme d’un rebond capricieux. La chandelle de Lucu atterrit dans les 22 mètres néo-zélandais, son rebond trompant les défenseurs All Blacks. Melvyn Jaminet, entré en jeu quelques secondes auparavant, parvient à capter le ballon et aplatit dans l’en-but néo-zélandais. La victoire, en cet instant, ne peut plus échapper aux Bleus et le Stade de France exulte (27-13).

Lire aussi : Coupe du monde de rugby : le XV de France « a frappé un coup psychologique » en battant les All Black dès le début de la Coupe du monde

Trois remplaçants à la manœuvre pour parachever la victoire, comme un symbole d’un match d’abord délicat, puis débloqué en seconde période grâce, notamment, aux joueurs du banc, ceux que le staff tricolore désigne sous le vocable de « finisseurs ».

Le précieux intérim de Peato Mauvaka

Cet apport a été nécessaire très tôt dans le match, et de manière imprévue : le talonneur Peato Mauvaka est en effet entré sur le terrain dès la 12ᵉ minute. La faute à une blessure – la quatrième touchant le camp français. Après Romain Ntamack, Cyril Baille et Jonathan Danty, elle concerne cette fois le Toulousain Julien Marchand, l’une des poutres du pack du XV de France. Peato Mauvaka, déjà habitué à le suppléer en club, a dû faire l’intérim pendant près de soixante-dix minutes.

Impressionnant lors de la victoire de novembre 2021 contre ces mêmes All Blacks, le talonneur remplaçant a parfaitement rempli son rôle. Trois minutes après son entrée et à la suite d’une combinaison en touche avec Antoine Dupont, l’avant Mauvaka s’est échappé tel un ailier et a de peu échoué à marquer un essai. Il a aussi livré une prestation de haut vol en mêlée, en touche et en défense, avec dix plaquages (deux manqués). « Peato fait une grosse rentrée et soixante-dix minutes de haut niveau. Cela montre comment les deux [Julien Marchand et lui] se complètent. C’est aussi la force de notre équipe », confirmait, après le match, l’arrière Thomas Ramos, auteur lui aussi d’un grand match.

Il vous reste 38.37% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.