diciembre 7, 2023

Pablo Longoria reste président du club et va porter plainte

Après plusieurs jours de tergiversations, Pablo Longoria a décidé de rester. L’Espagnol a fait savoir, vendredi 22 septembre, qu’il comptait rester président de l’Olympique de Marseille (OM), un poste qu’il occupe depuis février 2021. Pourtant, il a admis avoir songé à se mettre en retrait ces dernières heures, à cause des menaces qu’il a reçues de la part de certains chefs de groupes de supporteurs.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’Olympique de Marseille s’offre une crise à rebondissements

« Je reprends de l’énergie et j’ai décidé de poursuivre ma mission », a déclaré le dirigeant devant les journalistes, ajoutant avoir pris sa décision, « touché par l’élan de soutien populaire et les témoignages d’affection et de confiance de toutes parts, joueurs, supporteurs, acteurs du monde économique et politique, institution… tous ceux qui ont compris la nécessité d’un changement. » Il a aussi expliqué avoir eu « une très longue conversation avec Frank McCourt », propriétaire du club, ainsi qu’avec les membres du conseil de surveillance, qui ont témoigné « affiché un soutien inconditionnel ».

La veille de cette déclaration, Pablo Longoria avait renoncé à prendre part au déplacement de l’OM aux Pays-Bas, pour la rencontre face à l’Ajax Amsterdam en Ligue Europa. C’est donc de loin qu’il avait assisté au match nul à rebondissements de ses hommes (3-3), tout comme la plupart des autres responsables du club, qui avaient aussi fait l’impasse sur ce voyage au cœur d’une semaine agitée. Mais, ce dimanche, l’Espagnol l’a assuré : il sera bien au Parc des Princes pour le choc de la 6e journée de Ligue 1 contre le Paris Saint-Germain.

« Mettre fin à des modes de comportement »

Lors de son intervention, Pablo Longoria n’a pas souhaité « revenir sur ce qui s’est passé lundi », se contentant de lancer : « Inadmissible ! Inadmissible ! » Jeudi, dans le quotidien La Provence, il avait dévoilé une partie des coulisses de la réunion du début de semaine entre la direction de l’OM et les représentants des groupes de supporteurs. « J’ai pu parler deux minutes, puis on m’a coupé et ça a dérapé très vite… On nous a dit : “Démissionnez tous les quatre [Longoria ; le directeur du football, Javier Ribalta ; le directeur général, Pedro Iriondo ; et le directeur financier, Stéphane Tessier], sinon c’est la guerre.” »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Rachid Zeroual, l’ultra qui « fait sauter les présidents » de l’OM

« En 2023, un dirigeant de n’importe quel club ne peut pas subir ces menaces. Je ne les accepte pas. Je n’ai pas eu peur, mais j’étais choqué. Je considère que ce n’est pas normal », insistait-il aussi auprès du titre régional. Pedro Iriondo était lui aussi présent vendredi après-midi au centre d’entraînement de la Commanderie, où le président du club avait convié la presse.

S’il se défend de vouloir « alimenter [le] conflit », Pablo Longoria a toutefois demandé à ses avocats de déposer plainte. « Simplement [pour] mettre fin à des modes de comportement afin que ce type de situation ne se reproduise plus », a-t-il justifié. « Je vis des journées compliquées avec beaucoup d’émotion », a-t-il fait valoir. La crise à l’OM a provoqué, mercredi, le départ de l’entraîneur Marcelino après seulement sept matchs sur le banc phocéen.

Le Monde avec AFP