junio 17, 2024

une enquête ouverte pour violences volontaires en réunion

Des supporteurs de Nantes au stade de la Beaujoire, vendredi 1ᵉʳ septembre 2023.

Une enquête pour violences volontaires en réunion, avec usage ou menace d’une arme, dans une enceinte sportive, a été ouverte après l’agression vendredi soir d’un supporteur de l’Olympique de Marseille (OM), victime par la suite d’un malaise cardiaque pendant la rencontre Nantes-Marseille, a annoncé lundi 4 septembre le parquet de Nantes.

« Ces faits ont été portés à la connaissance du commissariat de police de Nantes hier [dimanche] en milieu d’après-midi, lorsque l’épouse de cet homme est venue déposer plainte », a affirmé le procureur de la République de Nantes, Renaud Gaudeul. Le directeur de la sécurité du FC Nantes s’est présenté lundi « au commissariat pour déposer plainte » au nom du club, a affirmé le procureur en fin d’après-midi. Celui-ci « [n’a pas] précis[é] le motif juridique de sa plainte et celle-ci n’est pas formée contre personne[s] dénommée[s] », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Ajaccio-Bordeaux : après les violences, une enquête ouverte et des questions en suspens

« Certains supporteurs ont même pris des selfies devant l’ambulance »

Le club avait déclaré dimanche qu’il condamnait « avec la plus grande fermeté les violences inacceptables commises contre une famille supporteur de l’OM ».

Venus au stade de la Beaujoire avec leur fils de six ans qui portait un maillot de l’OM, le couple a été agressé durant le match en recevant des « crachats, [des] insultes, [et des] bières jetées au visage », a détaillé samedi sur X (anciennement Twitter) Alicia Mahé, la compagne de la victime, un récit confirmé par plusieurs journalistes présents à proximité. « Les violences avec armes correspondent aux jets de bouteilles dénoncés », a précisé M. Gaudeul.

Souffrant d’un « infarctus » dans les tribunes, la victime a été prise en charge par les secours, avait précisé Mme Mahé, soulignant sur BFM-TV/RMC que « certains supporteurs ont même pris des selfies devant l’ambulance dans laquelle [son] mari était en train de se faire réanimer ».

La ministre des sports, Amélie Oudéa-Castéra, avait fait part dimanche sur X de sa « solidarité avec la famille brutalement agressée à Nantes pour avoir simplement soutenu son club ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Reconnaître les supporteurs comme des acteurs du football n’empêche pas de poser des limites et de sanctionner ceux qui les dépassent »

Le Monde avec AFP